Spasmes involontaires dans la région lombaire ? Douleur pulsative sourde ? Douleur lancinante le long de la jambe ? Vous souffrez fort probablement d’un problème que l’on désigne sous le nom de lombalgie ou douleurs lombaires. Si vous n’avez jamais éprouvé de douleurs lombaires, cela risque de vous arriver à un moment de votre vie. Voici quelques statistiques éloquentes :

Low-Back-Pain-FRCauses de la lombalgie

La lombalgie est un trouble complexe qui comporte plusieurs facteurs déclencheurs de douleur, y compris des facteurs physiques, sociaux et psychologiques. Les facteurs liés au mode de vie, tels que l’obésité et la sédentarité, sont également associés à l’incidence de lombalgie. Notre dos a pour rôle de soutenir le corps – au repos comme en mouvement. Une surcharge pondérale exerce une plus grande pression sur notre colonne et autres articulations. Des études ont démontré qu’une augmentation de l’indice de masse corporelle (IMC) accroît les risques de lombalgie. Avec la hausse du taux d’obésité, les Canadiens multiplient leurs risques de souffrir de lombalgie. Par ailleurs, nous sommes plus sédentaires qu’avant. Dans les pays industrialisés, 75 % de la population active travaille assise durant de longues périodes. Or, les longues stations assises affectent les muscles et les articulations et peuvent provoquer un déconditionnement (baisse des fonctions physiques), une fatigue et une pression sur les disques vertébraux qui entraînent des douleurs lombaires. De nouveaux produits de plus en plus populaires, tels que les postes de travail debout, contribuent à lutter contre la position assise. Cependant, une étude récente réalisée par l’Université de Waterloo a révélé que les postes de travail debout pouvaient également entraîner des douleurs lombaires. Selon Daniel Viggiani, l’auteur principal de l’étude, l’idée-clé à retenir est de vous assurer de bouger et de changer de position régulièrement, que vous soyez assis ou debout au travail.

Solutions à l’épidémie de lombalgie

La lombalgie est également l’une des principales raisons de prescription d’opioïdes. En plus d’une sensibilisation accrue aux risques liés à leur usage, de leur efficacité limitée et du risque de mauvais usage, de nouvelles données avancent que le traitement de la lombalgie ne devrait pas reposer sur les médicaments. Les directives récentes recommandent plutôt l’autogestion, la thérapie manuelle, l’activité physique et les psychothérapies. On privilégie de moins en moins les interventions pharmacologiques et chirurgicales pour traiter les lombalgies. Les chiropraticiens sont formés pour évaluer et diagnostiquer la lombalgie, et pour prodiguer des plans de traitement globaux. En effet, le chiropraticien prend en compte tous les facteurs qui contribuent à la lombalgie – dysfonction articulaire, blessure, ergonomie, activité physique et état de santé général – afin d’élaborer un programme personnalisé de soulagement de la douleur, d’amélioration de la mobilité et de rétablissement. Le traitement chiropratique n’inclut ni médicaments, ni traitement effractif.

L’expertise chiropratique comme traitement de la lombalgie

Le traitement chiropratique soulage la lombalgie à l’aide de diverses approches cliniques, notamment la manipulation, la mobilisation, la thérapie des tissus mous, l’exercice, l’information, les appareils (ultrasons, laser, etc.) et la réadaptation. Grâce à une formation spécialisée en manipulation vertébrale (MV), les chiropraticiens sont habilités à fournir des soins spécialisés, qui ont démontré leur efficacité à réduire la douleur, à améliorer la mobilité et à réduire les risques de chronicité de la lombalgie.   Les chiropraticiens canadiens peuvent vous fournir des conseils sur votre colonne et votre posture et élaborer un plan de traitement personnalisé qui inclut des exercices pour le dos et des solutions ergonomiques au travail. Renseignez-vous auprès de votre chiropraticien et joignez les 4,5 millions de Canadiens qui consultent en chiropratique tous les ans !
   
 source: association chiropratique  canadienne