Au moyen d’ajustements pratiqués avec les mains, la chiropratique aide à traiter et même à prévenir des conditions neuro-musculo-squelettiques, c’est-à-dire concernant les nerfs, les muscles et les os. On connaît tous quelqu’un qui, aux prises avec un torticolis d’enfer, est allé chez le chiro se faire «craquer le cou» – une expression que les chiros n’aiment pas, soit dit en passant. Le but du traitement consiste en fait à rétablir la circulation normale de l’influx nerveux. De tous les praticiens en médecines alternatives et complémentaires (ou MAC, le sigle de l’heure), seul le chiropraticien est habileté par la loi à poser un diagnostic, ainsi qu’à prescrire et à interpréter des radiographies, selon le Dr Jean-François Henry, chiropraticien et président de l’Ordre des chiropraticiens du Québec. Soulignons que la chiropratique met l’accent sur la colonne vertébrale, mais pas exclusivement. Les sportifs nous diraient que, pour se préparer à un marathon et libérer la Ironwoman en nous, le chiro est un précieux coéquipier. Le syndrome du cou texto Saviez-vous que notre tête représente 10 % de notre poids? Le syndrome du cou texto survient quand, en textant trop longtemps la tête penchée à plus de 45 degrés, on développe une posture statique et voûtée qui mène à une foule de problèmes musculosquelettiques. On peut ainsi perdre la mobilité du cou (allô les torticolis chroniques!), ce qui provoque des maux de tête, de la fatigue, des pertes de concentration, des engourdissements dans les mains, des douleurs aux poignets et même de l’arthrose à long terme. Avant que ça craque, mieux vaut se rendre chez un chiro! On consulte un chiro pour traiter, entre autres, les problèmes suivants… dos «barré» • lumbago • torticolis • tendinite du poignet • arthrose au genou • épicondylite (tennis elbow) • entorse à la cheville • dorsalgie entre les omoplates • sciatique • hernie discale • migraine et maux de tête.                        
source:veroniquecloutier.com